Driss ZAID (Neuphrologie)

 

http://societedenephrologie.zenfolio.com/zaid


Un homme extraordinaire au service de la médecine et passionné.

Portraits de pionniers

Interviews par Giorgina B. Piccoli - Film et musique de Gilberto Richiero

 

Driss Zaïd est une des grandes figures de la Néphrologie maghrébine, africaine & arabe. Après des études médicales à Rabat et une solide formation chez Marcel Legrain à la Pitié Salpetrière, il participe au démarrage de la toute jeune faculté de médecine de Casablanca. Il y enseigne la Néphrologie, mais aussi la Pharmacologie, la Physiologie et la Médecine Expérimentale.

A partir de 1978, il dirige le service de Réanimation Médicale du CHU Ibn Rochd de Casablanca où, après quelques revers, il réussit à mettre en place, pour la première fois, un programme de dialyse pour traiter les patients atteints d’insuffisance rénale aiguë.  En 1982, son agrégation inaugure la reconnaissance de la Néphrologie comme spécialité médicale indépendante au Maroc. Il fond le service de Néphrologie au CHU de Casablanca où Il met en place un modèle de financement de la dialyse périodique par les ONG pour les démunis. Il est derrière l’ouverture d’un grand nombre de centres de dialyse hospitaliers. Actuellement, près de 40% de l’activité de dialyse au Maroc suit le modèle qu’il a développé à Casablanca. En 1986, Il inaugure la formation des médecins spécialistes en Néphrologie à Casablanca et il effectue avec ses collaborateurs la première greffe rénale au Maroc. Il est la cheville ouvrière pour la mise en place du cadre réglementaire et devient le premier Président du Conseil Consultatif de Transplantation d’Organes et de Tissus.

Driss Zaïd fait partie des pionniers de la Néphrologie du Sud. Il est parmi les fondateurs de l’Association Africaine de Néphrologie et de la Société Arabe de Néphrologie. Il co-fond à Casablanca le Club d’Immunologie et préside la Société Marocaine de Néphrologie (1987-1997) et la Société Marocaine d’Hypertension Artérielle (depuis Avril 2007).

Il est aussi un enseignant exceptionnel. Il illustre avec brio le modèle d’enseignement clinique au lit du malade. Ses élèves, dont plus d’un tiers des néphrologues marocains, se rappellent avec nostalgie ses interprétations d’un ionogramme ou ses explications d’un mécanisme de physiologie rénale. Mais surtout, il inculque aux nombreux néphrologues qui ont eu la chance d’être formés à son école ce qu’il aime appeler "le rôle social" du médecin.

Homme de conviction et travailleur infatigable, avec sa chaleur humaine, son sens du partage et sa générosité, Driss Zaïd incarne le modèle de l’acteur engagé pour le développement de la Néphrologie au service du malade. La Néphrologie marocaine, et la Néphrologie du Maghreb, sont fières et heureuses que la Société de Néphrologie, donc toute la communauté de Néphrologie francophone, ait choisi de l'honorer aujourd’hui.

 

Mohammed BENGHANEM